Si je le pouvais, je voterais pour l’indépendance de la Nouvelle Calédonie

Img000482285

Dans quelques heures dans le Pacifique, le référendum sur l’indépendance de la Nouvelle Calédonie aura lieu. Dérière ses paysages de carte postale, ce pays est beaucoup plus sombre, du moins c’est ainsi que je l’ai toujours perçu. 

J’ai vécu une dizaine d’années en Nouvelle Calédonie. A mon arrivée, je me réjouissais des températures tropicales, et l’idée de pouvoir tremper mes pieds dans la mer toute l’année m’émerveillait. Je me sentais chanceuse de vivre dans cet archipel considéré comme le lieu le plus proche du paradis et pourtant, plus les mois s’enchaînaient et plus je trouvais cette vie triste. A l’école, certains institeurs faisaient l’apologie du colonialisme. A huit ans, on ne se rend pas bien compte de ce que ça veut dire, sauf que mon père était anthropologue et que ce sujet l’agaçait. Il m’a donc persuadée de ne pas trop écouter ces discours fachismes.

C’était très dur car ils étaient pratiquement omniprésents. Dans les discussions entre adultes, les propos des professeurs, la presse… Ils se trouvaient partout. J’étais déconcertée. Comment est-il pensable que le Caldoche (descendant des colons) se prétende être le détenteur de l’archipel alors que son ou ses ancêtre(s) ont massacré un peuple déjà présent ? C’est la question que je me suis toujours posée. Pourquoi, il y a-t-il tant de mépris des blancs vis-à-vis les Kanaks ? Et cela n’a pas bougé d’un poil. Quand je m’intéresse à des articles à ce sujet, les caldoches interviewés me donnent l’impression d’entendre ces putains de vieux cons qui m’incitaient à être raciste en prétextant que dans le cas contraire, je serais désinvitée d’un goûter d’anniversaire. Voici ce que j’ai vécu pendant dix ans : un mélange de manipulation à laquelle je me suis toujours révoltée. Cette atmosphère m’horipile toujours.

Bien que la colonisation ait permis son développement et son commerce avec les pays voisins (Australie, Nouvelle Zélande et Vanuatu), je pense qu’il est temps de rendre ces terres parce que tout simplement, la Nouvelle Calédonie n’est plus qu’un vieux trophéé de la France à l’époque où cette dernière devait être beaucoup plus glorieuse qu’aujourd’hui. Dans tous les cas, si l’indépendance aura lieu, cela ne rompt pas les relations avec la France. Et il faudra encore dix ans pour que le foie gras soit taxé.

XoxoLola Vienne

 

You may also like

Laisser un commentaire