#Travel : Agadir, my Dear

#Travel : Agadir, my Dear

Le week-end du 17 mars, je me suis envolée vers un pays qui m’était encore inconnu : le Maroc. Après 3h30 de vol dans un Boeing, mes valises se sont posées à Agadir. Entre plage et histoire, cette ville a su m’impressionner jusqu’à la fin.

Avant même de poser un pied sur le sol d’Agadir, j’ai été frappée par la forte présence de végétation. Encore dans les airs, j’observais un paysage totalement vert ponctué par des serres. Cette vision est très éloignée de celle que je me faisais du Maroc. J’imaginais de vastes déserts.

En réalité, personne n’a réellement su m’expliquer cette révolution écologique mais je savais déjà qu’Agadir se réinventer chaque jour depuis le tremblement de terre de 1960. C’était un chauffeur de Heetch originaire de cette région qui me l’avait dit.

Lors du trajet entre l’aéroport et l’hôtel Tivoli, l’horizon qui défilait montrait une ville pauvre. On pouvait encore voir les dégâts du tremblement de terre. Des charrettes tirées par des ânes se déplaçaient au milieu du trafic automobile. Plusieurs dizaines de minutes plus tard, la voiture me déposa dans une rue. J’étais à quelques mètres de la plage. Il y avait des boîtes de nuit et des bâtiments de luxueux. Le contraste était bien trop réel.

Les nuances du ciel

J’ai passé le plus de temps les pieds dans le sable. C’était ma promenade obligatoire. Tous les restaurants se concurrent à la plage. À Agadir, il y a cette lumière magique. Le ciel n’était pas spécialement bleu mais plutôt gris et pourtant, je sentais le soleil réchauffer ma peau.

Cependant, même si la chaleur se ressent en fin de matinée, le vent se lève tôt. Vers 14h, tous les surfeurs se lançaient dans les vagues avec leur planche. Le soleil tombe vite. Les passants peuvent alors admirer une incroyable palette de couleurs avant que le ciel ne devienne noir.

Ballades et jardins

 

Étant donné la courte durée de mon séjour, je n’ai pas pu visiter l’intégralité d’Agadir. Mais j’espère y retourner un jour. J’ai marché de l’hôtel jusqu’à la vielle ville en passant par la Vallée des oiseaux. C’est une sorte de petit zoo qui a la particularité d’être gratuit. Ce parc est très apaisant même si j’ai noté que certains volatiles étaient en mauvaise santé. Certains n’avaient plus tellement de plumes.

Lorsque mon voyage s’est terminé, je me suis sentie littéralement apaisée. Cet endroit est vraiment beau. Les personnes sont très accueillantes. Certaines plus bienveillantes que d’autres. J’y retournerai c’est certain.

lola-vienne

 

 

 

Avant de vous laisser, je vous offre mes petites adresses locales et je reste à votre disposition si vous souhaitez faire un break dans ce cadre idyllique.

  • Hôtel Tivoli : établissement calme et agréable. Ce 4 étoiles a beaucoup plus de charme que le Club Med. 8/10
  • Eden : restaurant marocain avec de très bons vins à la carte. Le patron est très à l’écoute de ses clients. Le cadre est chic mais en faire des tonnes. 8/10
  • El Toro : restaurant marocain. L’ambiance est sympa et les plats sont corrects. 7/10
  • Mimi la Brochette : restaurant marocain rempli de charme. Le patron est très sympa et bavard. 8,5/10
  • Pure Passion : restaurant haut de gamme sur la marina. Les plats sont excellents. L’établissement propose un chauffeur à ses clients. 9,5/10
  • Le Nil : restaurant de fruit de mer correct 7/10


2 thoughts on “#Travel : Agadir, my Dear”

  • Chouette promenade..
    Quand on entend Maroc, on pense direct à Marrakech alors que le Maroc est plein de ressources et de magnifiques paysages..
    Bon c’est vrai je rêve d’aller à Marrakech 😂 Mais pas que.
    La plage à l’air d’être aussi jolie que celles de Rio de Janeiro 😀

    Biz,

    • Merci pour ton joli commentaire. Oui, j’ai failli y aller mais avec med amis on a préféré un petit coin moins « connu » et plus tranquil. Je ne suis jamais allée à Marrakech mais je pense qu’il faut avoir visité les deux ça c’est sûr :).
      Bises.

Laisser un commentaire


%d blogueurs aiment cette page :